LadySwissLanka©

LadySwissLanka©

Goldi: Paria dog

 

 

Je suis très fière d'être une chienne de rue. Une "paria dog" comme on nous appelle ici.

Cependant, pour mes maîtres ma condition de paria a engendré pas mal de complications que je détaillerai dans un autre article.

 

Mes maîtres profitaient des prestations offertes par un hôtel tout proche de mon lieu de naissance: La plage de Negombo!

 

Un jour, ils m'ont vu au loin avec toute ma petite famille flâner entre les transats des touristes attendris.

Ils ont questionné le personnel de l'hôtel pour savoir ce qu'il allait advenir de nous.

 

La réponse leur a fait  froid dans le dos: "On va les empoisonner!"

 

Voici quelques faits: 

Au Sri Lanka les chiens comme moi sont partout, très nombreux et survivent dans des conditions déplorables. La grande majorité d'entre nous sommes infestés de puces et de tiques et les fléaux telles que la rage et la galle sont encore malheureusement très présents.

 

Nous vivons dehors et nous nous nourrissons soit de restes qu'on veut bien nous jeter soit de déchets provenant des poubelles.

Pour les aficionados, des croquettes "Pedigree" sont disponibles en magasin mais leur prix est exorbitant (3 fois plus cher qu'en Suisse!).

 

Si nous sommes recueillis par un bon samaritain local, nous serons probablement enfermés toute la journée dans une cage entreposée au milieu d'un jardin qui ne s'ouvrira que tard dans la soirée éloignant ainsi les éventuels voleurs nocturnes.

 

Étonnamment, nous ne sommes pas agressifs (à moins que la rage ait eu raison de nous!). Certes, nous aboierons quelque peu lors de votre passage mais notre férocité s'arrêtera là. C'est normal, l'homme s'il le souhaite peut nous nourrir et nous le respectons pour cela.

 

Vous nous trouverez tant dans les grandes villes qu'à l'intérieur des terres. Il n'y a qu'une seule race sur l'île, les chiens dits "jaunes" dont l'origine se situe en Inde. Nous sommes apparentés à des chiens primitifs et nous ne sommes pas domestiqués.

 

En 2006, suite à des pressions de défenseurs de la cause animale, le gouvernement sri lankais a pris la décision d'interdire notre abattage (mise en place précédemment par crainte de la propagation de la rage).

La situation s'étant malheureusement drastiquement envenimée, en 2012, un nouveau gouvernement a fait tuer plus de 3 millions de mes congénères.

 

Il y a peu de fondations et/ou d'associations. Celle de Brigitte Bardot est présente mais très peu active.

 

Certaines scènes sont insoutenables et fasse à l'étendue de cette désolation mes maîtres se sentent démunis!

 

 

 

 

Avant de juger ou d'entreprendre des actions il serait bon que vous preniez un peu de recul afin de vous familiariser avec l'ensemble de la problématique qui est loin d'être strictement culturelle.

 

Je ne cherche en aucun cas à minimiser la gravité et l'étendue du problème mais plutôt à attirer votre attention sur un système économique et une politique de santé publique fragiles découlant d'une longue guerre meurtrière (près de 30 ans) et de nombreuses colonisations!

 

Malgré le nombre de priorités à gérer pour le développement du pays, le gouvernement fait réellement de son mieux et sensibilise notamment largement la population.

 

Il est facile de juger et tentant de vouloir apposer vos "filtres" d'européens. Mais comme vous l'aurez compris notre condition nécessite davantage une analyse systémique et un plan d'action adapté, notamment en terme de campagne de vaccination et de stérilisation.

 

Mes parents adoptifs font de leur mieux à leur niveau. Ils sensibilisent les gérants d'hôtels et les incitent à déposer sur leur réception une crousille "à votre bon cœur" pour la vaccination et la stérilisation des chiens et chats à proximité de leur établissement. C'est toujours mieux que rien et ça à l'air de bien fonctionner.

 

Ils ont des projets en tête nous concernant ainsi que pour mes amis les chats. 

 

Leur première action concrète: m'avoir sauvée de l'empoisonnement, adoptée, accueillie, soignée et câlinée.

 

Je me mets à rêver:

 

"Et si pour changer durablement notre mode de vie un appel aux dons était lancé?"

"Et si chaque personne sensibilisée par notre problématique nous faisait un don, même symbolique?"

"Et si avec l'argent récolté ma vétérinaire lançait une campagne de vaccination et de stérilisation dans mon quartier?"

"Et si une association était créée et qu'elle portait mon nom?

"Et si mon rêve devenait réalité seriez-vous un de nos bienfaiteurs?"

 

Répondez-moi à travers les commentaires, c'est peut-être le début d'une nouvelle aventure.

 

Je vous recommande vivement ces deux ouvrages (copier/coller le lien):

 

1. Le guide du Routard 2018 :

http://amzn.to/2HDtcaa

 

2. Guide voir Sri Lanka :

http://amzn.to/2pjB7Sv

 

A bientôt,

Goldi

 

 

 

 

 

 

 

 



19/02/2018
5 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 57 autres membres